Tête-à-tête avec Guillaume Reynard

Guillaume Reynard est venu accompagné de Sophie Berger au 21ème Rendez-vous du Carnet de Voyage. Le duo a amené dans ses valises leur travail sur le lac de Servières. Sophie s’est occupée de la partie sonore tandis que Guillaume dessinait. Ce qui a donné lieu à un magnifique carnet sonore dessiné.

Que viens-tu présenter au festival ?

Un travail initié par le département du Puy-de-Dôme et co-réalisé avec Sophie Berger sur l’acte de servir. Le but était d’étudier les habitudes des usagers du lac de Servières et de restituer par le son et le dessin les constats faits sur place.

Quelle était la problématique autour du lac ?

Le département voulait un état des lieux des différentes problématiques de cet espace sensible, naturel. C’est un écosystème assez fragile et très sollicité.

Qui avez-vous rencontré sur place ?

On y est allé une semaine durant l’été 2019, nous avons rencontré dans un premier temps toute la population estivale (baigneurs, randonneurs, bivouaqueurs) et plus tard dans la saison nous y sommes retournés une semaine et nous avons rencontré les chasseurs, des cyclistes, un bucheron. Tous étaient des amoureux du lieu.

Mais il y a des conflits d’usage entre pêcheurs et baigneurs par exemple. On était là pour mettre en avant des ressentis. Au-delà des conflits tout le monde respecte ce lieu considéré comme précieux.

Qu’est-ce qui t’a interpellé sur place ?

Quand on est citadin comme moi, on oublie presque qu’il y a des lieux pareils, une telle quiétude possible.

Est-ce qu’une rencontre t’a marqué ?

J’ai beaucoup aimé Denis, le chasseur, il était armé mais il avait un discours d’écologiste. On a vu passer un chevreuil et il l’a regardé passer sans utiliser son arme.

Tu as des projets ?

Je travaille sur un projet de livre pour enfants sur les statues équestres pour lequel j’ai obtenu une bourse du CNL. J’ai d’ailleurs dessiné à Clermont-Ferrand la statue de Vercingétorix par Auguste Bartholdi.

Quel est ton coup de cœur du festival ?

Simonetta Capecchi fait de beaux dessins de statues comme une ethnologue.

Quel est le livre que tu nous recommandes de lire ?

Le livre « La rivière » de Peter Heller (éd. Actes Sud) est super.

Quel est le grand voyageur qui t’inspire ?

Tintin, c’est le premier voyageur qui nous a tous inspiré.

Quel est le rêve qu’il te reste à accomplir ?

C’est un rêve modeste, faire mon atelier sur une barque dans le Marais poitevin.

Je te donne un billet sans retour où vas-tu ?

Les îles marquises, si c’est sans retour, c’est une belle fin.