L’ASSOCIATION IL FAUT ALLER VOIR LANCE SA 1ÈRE ESCALE DU 7 MARS AU 18 AVRIL 2021

Cette année l’association Il Faut Aller Voir innove et proposera plusieurs fois dans l’année des Escales, des rendez-vous en ligne ou physiques (quand la situation sanitaire le permettra), pour proposer une offre culturelle aux amateurs de voyages, de grande évasion, de dessin, de littérature, de films de voyages… En attendant de vous retrouver à la 4ème édition de Clermont dessine les 18,19 et 20 juin 2021 et à la 21ème édition du Rendez-vous du Carnet de Voyage les 19, 20 et 21 novembre 2021 à Clermont-Ferrand.

Première Escale du 7 mars au 18 avril sur l'Afrique

Pour sa première Escale du 7 mars au 18 avril 2021, l’association Il Faut Aller Voir propose une programmation riche, 100% en ligne et gratuite, sur le thème de l’Afrique. Tous les passionnés de voyages sont invités à se connecter sur leur ordinateur, tablette ou téléphone pour rencontrer des artistes passionnés par le voyage et la rencontre de l’Autre, déjà venus à Clermont-Ferrand lors du Rendez-vous du Carnet de Voyage.

Les replays de ces rencontres sont disponibles sur les comptes Facebook et YouTube de l’association ou sur son compte Instagram pour certaines interviews :

AU PROGRAMME

carnet_voyage_gorilles_couv

🎨  Vendredi 12 mars à 18h 

Discussion en direct avec le dessinateur Daniel Alexandre. Après de longues études scientifiques (éthologie et faune sauvage), il se consacre pleinement à sa passion première : la BD. Il reviendra sur son ouvrage « Des gorilles et des hommes, carnet de voyage naturaliste au Congo-Brazzaville » (édition La Boîte à Bulles) qu’il avait présenté en avant-première en 2014 au Rendez-vous du Carnet de Voyage avant sa sortie en 2015.

🖋 Dimanche 14 mars à 18h 

Rencontre avec l’illustratrice et graphiste Élodie Balandras qui a présenté il y a plus de 10 ans au Rendez-vous du Carnet de Voyage, un magnifique carnet de voyage au Niger. Elle parlera notamment de son attache toujours forte avec l’Afrique.

🖌  Vendredi 19 mars à 18h 

Rencontre avec le dessinateur Michel Davinroy qui évoquera son expérience sud-africaine.

📽  Samedi 20 mars à 18h 

Diffusion en ligne (pas de replay) du film « Objectif Kilimandjaro, la promesse d’une maman », suivie d’une rencontre avec le réalisateur Dominique Barniaud et l’équipe du film. Ce film a remporté le prix du Film Chamina Voyages en 2019 au Rendez-vous du Carnet de Voyage et le Laurier Civisme et Grandes Causes à la XXVème cérémonie des Lauriers de l’Audiovisuel en 2020. Il devrait sortir cette année au cinéma.

Les enfants filmés Oscar et Arthur seront également présents durant cette conversation, ainsi que le pompier Jérôme Travers, Président de l’association Pompier Raid Aventure et pompier professionnel.

Synopsis du film : Oscar a 13 ans, il est atteint d’une neuropathie génétique rare qui l’oblige, depuis ses cinq ans, à se déplacer en fauteuil roulant. Quand sa maladie a été diagnostiquée, Anne-Laure, sa mère, lui fait une promesse : gravir le toit de l’Afrique. Sept ans plus tard, une extraordinaire aventure humaine se prépare. Ce rêve fou, qu’il partage avec son ami Arthur, paraplégique lui aussi, s’apprête à devenir réalité. Grâce à l’association Pompier Raid Aventure, Oscar et Arthur délaisseront bientôt leur fauteuil roulant pour prendre place dans la joëlette, ce fauteuil magique qui fait tomber les barrières, repousse les limites et les portera au sommet.

 

La diffusion du film sera en direct sur notre chaîne Youtube. Après la diffusion, la discussion avec l’équipe du film sera accessible dans une autre vidéo sur la page d’accueil de notre chaine Youtube et sur Facebook.

📚 Vendredi 26 mars à 17h30 

Discussion avec le journaliste, écrivain, grand voyageur et baroudeur Guillaume Jan pour notamment (re)découvrir son ouvrage “Samouraïs dans la brousse”

(éditions Paulsen).

Guillaume Jan

🖌  Samedi 27 mars à 18h 

Rencontre avec Annick Kamgang, une dessinatrice de presse née à Yaoundé (Cameroun). Fille d’un homme politique panafricain camerounais ayant subi la répression dans les années 1990, elle se lance dans le dessin de presse pour reprendre, à sa manière, le flambeau familial. Elle travaille pour L’Express, L’Opinion, Peuples Solidaires, Jeune Afrique, Le Monde, la fondation Africa France, ou encore L’Institut français.

🎨  Dimanche 28 mars à 18h

Discussion avec la dessinatrice Antonia Neyrins, une grande voyageuse qui a parcouru près de 60 destinations dont une 15e sur le continent africain. La diversité des cultures dans lesquelles elle a grandi et vit (française, espagnole, congolaise, nord-américaine et marocaine) a façonné son ouverture aux autres. La pratique du carnet de voyage est son art de vivre et le voyage un alibi car c’est la rencontre avec l’autre qui prime pour elle.

🖌  Mardi 30 mars à 19h 

Discussion avec l’artiste Stéphanie Ledoux qui rentrera tout juste d’un séjour en Namibie avec les Himbas.

📽   Dimanche 18 avril à 20h45 

Projection du film « Les Himbas font leur cinéma » (pas de replay) suivie d’une discussion avec Solenn Bardet, ethnologue géographe, écrivaine et documentariste française qui consacre sa carrière aux Himbas, un peuple semi-nomade de Namibie.

Synposis du film : 

Las d’être filmés par les caméras du monde entier sans jamais avoir leur mot à dire, une vingtaine de Himbas, nomades de Namibie, décident de se mettre en scène pour la caméra : cérémonies et relations aux ancêtres, secrets de beauté et dangers de la modernité, recettes de cuisines… Avec humour et sensibilité, loin des clichés habituels, les Himbas nous font découvrir leur monde !

La réalisation d’un film sur eux-mêmes est pour ce peuple de tradition orale une première. C’est aussi l’aventure d’hommes et de femmes à la fois ancrés dans leurs traditions et tournés vers l’avenir qui ont décidé de devenir acteurs, et découvrent le plaisir de se raconter, de jouer, d’inventer.

(En filigrane, c’est aussi et avant tout une aventure humaine, avec au centre l’amitié et la complémentarité de deux femmes, l’une himba, Muhapikwa, porteuse de la tradition, l’autre, française, Solenn, qui ont décidé de bousculer les représentations établies).