ZOOM SUR… FRANÇOIS WAGNER

Ce Français expatrié en Belgique a fait de son pays d’adoption un territoire de jeu ! Et pour cause la Belgique lui sert d’inspiration pour correspondre en dessins avec des copains carnettistes dans d’autres pays.

Que présentes-tu au festival ?

Je présente des dessins collaboratifs. L’idée est de faire voyager le dessin…

En effet, pour répondre à la thématique de cette année du Rendez-vous du Carnet de Voyage qui est « voyager autrement », j’ai voulu revisiter la notion de carnet de voyage. L’idée est de dessiner sur une partie de feuille ce que je vois chez moi à Bruxelles ou lors de mes voyages et d’envoyer cette partie de dessin à un ami dessinateur dans un autre pays. Il le complète avec ce qu’il voit. Le dessin devient un mix de paysages et on crée un jeu graphique entre deux dessinateurs. Le dessin voyage et non plus le carnettiste.

J’ai commencé cet exercice avec Anna Ferrier à Londres, Bruno Daverdin actuellement au Népal, et Guillaume Bouges qui est à Bruxelles.

Est-ce qu’avec ces dessins collaboratifs, le risque n’est pas un manque d’homogénéité du dessin ?

Non, c’est le jeu ! Effectivement, les styles graphiques sont totalement différents. Chacun remplit le dessin comme il l’entend et au fur et à mesure le dessin s’apaise et s’homogénéise. De temps en temps, un style graphique prend le dessus. Parfois, Bruno emporte ma partie du dessin dans son style graphique.

Avec quel matériel avez-vous travaillé pour réaliser ces dessins ?

De l’encre de chine, de l’aquarelle et des supports simples pour faciliter l’envoi postal. On a perdu des originaux avec La Poste ce qui nous a retardés. L’idée serait de faire un carnet avec Bruno.

En quoi la Belgique, ton pays d’expatriation, est un bon terrain de jeu pour le dessin ?

C’est un pays multiculturel avec 3 langues différentes, un souk pas possible qui me plaît, vous le comprendrez en voyant mon stand. Chacun apporte sa pierre à l’édifice et ça fait un édifice complètement fou à la fin, c’est ce qui est bien. Bruxelles attire beaucoup d’étrangers qui apportent leur propre culture. La ville est un carnet de voyage car elle s’enrichit de cultures.

Quels sont tes projets ?

Des galeries sont intéressées par ce projet. Et pourquoi ne pas tenter une édition !

Tu es plus addict à Facebook, Twitter, Snapchat ou Instagram ?

Instagram car c’est une bonne galerie de dessins qui reste encore sobre. Et c’est une bonne source d’inspiration.

Je te donne un billet sans retour, tu pars où ?

Je pars avec ma copine Agathe au détroit de Béring pour le côté sauvage et le voyage impossible, la faune tarée.

Quel est ton coup de cœur du Rendez du Carnet de Voyage ?

Emeline Rétif pour son témoignage sur les légendes d’Amazonie et le chant des jungles.

Pour en savoir plus :