CLERMONT DESSINE – L’INTERVIEW DE VIVI NAVARRO

"Aussi loin que je me souvienne, dés l'enfance, j'ai été très tôt happée par la mer, viscéralement c'est l'appel du large..."

Électron libre pluri-indiscipliné, loin des modes du marché de l’art et dans l’ombre, Vivi Navarro garde un cap, celui d’obéir à ses intuitions. De l’eau salée dans les veines, et un appel viscéral du large font que son travail est, depuis de nombreuses années, dédié aux équipages : Marine Nationale, Marine Marchande, pêche… Techniquement libre, encre classique en 10 minutes dans la houle, infographie en 10 heures à la maison, collage en 10 secondes ou toile immense à l’atelier… tout est bon ! Laisser des traces dessinées, peintes, écrites et photographiées, a toujours été un besoin quasi obsessionnel pour parler d’eux, son hommage à cette corporation d’hommes.

Vous êtes une grande navigatrice, quand et comment est née cette passion pour la navigation ?  
Aussi loin que je me souvienne, dés l’enfance, j’ai été très tôt happée par la mer, viscéralement c’est l’appel du large. Et adolescente, je me suis dit qu’il fallait que je vive mes rêves, et j’ai gardé ce cap.. Grande navigatrice, c’est trop, pas du tout, je ne sais pas « naviguer », même si je joue du compas sur les cartes, et si j’ai développé un peu de sens marin. Non je préfère jouer les « passagères privilégiées »,  laisser les marins venir à moi, ne rien brusquer. Car le carnet ouvre à lui seul les plus belles portes, les plus belles aventures… Nous, artistes baroudeurs, on ne fait pas grand chose, c’est le carnet qui fait tout!

Quels aspects de ces hommes et femmes de la mer que vous avez rencontrés admirez-vous le plus ?  
Ah je ne le dirai jamais assez, 3 des valeurs essentielles à la mer et qu’ils m’ont apprises, qu’ils ont gravées dans ma chair et que j’applique instinctivement aujourd’hui sur la terre ferme, que je transmets aussi à mes filles: la solidarité, l’humilité, la réactivité. Tout cela implique une fiabilité hors du commun en cas de problème. C’est rare les gens qui réagissent vite, j’ai 2 exemples très récents où je me suis impliquée pour secourir des personnes, autour, personne ne bougeait… En mer les pompiers n’arrivent pas, il faut secourir, aider, être là, réactif, efficace ! A terre on le fait aussi… 

Quelles conditions les plus difficiles avez vous expérimentées lorsque vous dessiniez ?
Ah si tempête, je suis incapable de dessiner, et là je rage, car j’ai l’impression de perdre mon temps, je suis à l’horizontale, et si je suis à la verticale je vomis. Mais j’aime les bananes, et à la mer c’est bien de manger des bananes, c’est très bon à vomir… Tous les marins le savent ! Oui, j’ai essuyé quelques belles tempêtes, on en parle peu, voire pas du tout.

Vous êtes techniquement libre et polyvalente, avez-vous une technique artistique que vous affectionnez plus particulièrement ?  
Ça c’est vache comme question, mais très pertinente ! Je n’ai aucune réponse, hier j’ai dessiné des plans d’avions  à l’encre de Chine avec une plume très sèche, et aujourd’hui j’ai fait un portrait sur du vieux papier carreaux au simple crayon graphite, j’aime tout, j’ai toujours eu des problèmes de choix, dans tout !

Parlez-nous un peu de l’atelier que vous allez animer à l’atelier de coutellerie de Thiers le vendredi 21 juin 2019.
J’ai hâte comme toujours, de découvrir mon groupe de stagiaires, j’aime profondément l’humain, pourtant je suis une vraie solitaire et sauvage…. J’aime l’idée, après toutes ces années de pratique, de transmettre à mes « apprentis », on est apprenti toute une vie, moi aussi je suis une apprentie musicienne, on  apprend toute la vie, ça fait avancer, on est vivant quand on apprend. Quant aux couteaux ,  j’en ai toujours un sur moi, et je l’utilise. J’aime l’objet, j’aime les outils, j’aimes les matériaux qui les composent, bois, métal…Un tour de force technique pour mes stagiaires pour traduire la brillance, la veine du bois etc…Mais je vais leur apprendre à observer avant tout, je leur dis toujours « Regardez d’abord,  et après vous verrez ! Si on ne regarde pas, on ne voit pas ! ». Après ça va tout seul car j’accompagne trait par trait…

Ses ateliers pendant Clermont Dessine !

Atelier N°01 : Des couteaux et des crayons – Thiers
Vendredi 21 juin 2019 de 9h à 17h

Atelier N°05 : L’Aventure Michelin – Clermont-Ferrand
Samedi 22 juin 2019 de 9h à 12h

Atelier N°09 : La Gare de Clermont-Ferrand
Samedi 22 juin 2019 de 14h à 17h

Atelier N°11 : L’environnement industriel de Clermont-Ferrand
Dimanche 23 juin 2019 de 9h à 12h

Atelier N°19 : Place de Jaude – Clermont-Ferrand
Dimanche 23 juin 2019 de 14h à 17h