ZOOM SUR… BEN BERT

Illustrateur et musicien vivant à Grenoble, Ben Bert remplit depuis une dizaine d’années des carnets de dessins sur des thématiques qui lui sont chères, la montagne, la musique, qu’il traite avec humour et décalage. Bonne nouvelle, il expose pour la première fois, ce week-end, au Rendez-vous du Carnet de Voyage. Un conseil filez tout droit sur son stand où l’on se sent comme à la maison. Il pourrait même vous offrir un verre de digestif…

Dans « Carnet de répètes » tu présentes le quotidien d’un groupe de musique. Quel est le quotidien de ce groupe ?

Dans ce carnet on voyage parmi les répétitions de ce groupe, les moments de réflexion, la vie en dehors de la scène, lorsque le groupe accorde ses instruments, teste les arrangements. On aperçoit les temps morts d’un groupe de musique.

Pourquoi avoir choisi ce thème de carnet de voyage ?

J’ai assez peu de temps pour dessiner donc je n’ai pas de grands projets en termes de croquis. Je dessine des instants fuguasses, rapides. Ce carnet de voyage c’est donc une immersion dans un groupe près de chez moi à Grenoble. En plus, je joue du ukulélé donc j’aime en parler.

Que raconte le « Carnet de bord d’un roctrip en Alsace » ?

Je suis grimpeur et je travaille en tant qu’illustrateur dans le milieu de la grimpe. Pendant 10 jours, je me suis greffé autour du projet « J’irai grimper chez vous » et j’ai pris le temps de faire des dessins.

Je n’étais pas suspendu à une corde pour faire des croquis, mais j’ai plutôt mis en avant ce qu’il se passe en bas durant les temps morts comme les repas. En tant qu’illustrateur j’aime bien quand les éléments ne bougent pas et profiter de la lumière pour dessiner.

Quel est le concept de « J’irai grimper chez vous » ?

C’était sur le modèle de l’émission, « J’irai dormir chez vous ». Le principe est de partir avec une bande de grimpeurs professionnels, la caravane Petzl, du matériel, de quoi faire à manger, dans un programme itinérant. On change d’endroits, on visite des régions par le biais de l’escalade.

En voyage, tu as quel matériel sur toi ?

Mon matériel est assez succinct un petit carnet format A5, des stylos Bic, ma boite d’aquarelle et un pinceau. Dehors, j’ai tout dans les poches.

Tu es plus addict à Facebook, Twitter, Snapchat ou Instagram ?

Sur les conseils d’autres dessinateurs, je me suis mis récemment à Facebook et Instagram. Je n’ai pas de site Internet et je me rends compte que Facebook m’offre une visibilité assez large.

Si demain tu pouvais aller n’importe où, où irais-tu ?

J’irai en Belgique, parce qu’il y a la tradition de la BD franco belge et il y a une mentalité qui me plait bien. J’aime beaucoup l’accent, les personnages et il y a une atmosphère qui devrait me plaire, tout comme le patrimoine.

Quel est ton coup de cœur du Rendez du Carnet de Voyage ?

Maru Godas car j’aime ce qu’elle utilise comme outil, la gouache, le trait. C’est très dynamique, coloré, c’est très frais.

En savoir plus sur :