ZOOM SUR… AGATHE PARMENTIER

Quel est le point commun entre un sac Chanel et des céphalopodes séchés ? Combien de parapluies sont nécessaires pour se protéger d’un typhon ? Remerciez-vous suffisamment vos toilettes ? Fuyant la routine parisienne, Agathe Parmentier débarque au Japon en 2014 avec une valise et beaucoup de questions.

Depuis quand écrivez-vous?

J’écris depuis toujours, comme tout le monde, je crois. J’ai toujours tenu des journaux intimes, l’écriture commence par là souvent. J’ai commencé à écrire des chroniques en ligne quand j’ai commencé à travailler (une dizaine d’années en arrière). J’étais attachée de presse et les rédactions de communiqués de presse me frustraient un peu. Je trouvais ça trop rigide, un peu absurde aussi. De fil en aiguille, j’ai pas mal écrit « pour moi », résultat : deux recueils de chroniques et un roman.

Donc au final, « Pourquoi Tokyo ? » ?

Pour être honnête, je ne me pose plus vraiment la question. Il y a trop de réponses possibles.
En arrivant, on va dire que c’était pour sa bizarrerie, sa nourriture et sa sécurité. Maintenant que les choses me paraissent moins bizarres, la nourriture reste merveilleuse et la sécurité précieuse. J’aime aussi avoir l’impression d’être un calque sur une carte postale. Je suis à la marge, observatrice. La position m’est très confortable.

Vous habitez entre Perpignan et Tokyo, passer d’une ville à l’autre n’est pas trop déroutant?

Déroutant, non. Je suis de Perpignan et Tokyo est devenue mon second chez-moi, mais c’est vrai que les deux villes sont tellement différentes que j’ai parfois l’impression que mon cerveau s’est scindé en deux (une partie à Perpignan, une partie à Tokyo).

Que présentez-vous au 19e Rendez-vous du Carnet de Voyage?

Pourquoi Tokyo est un recueil de chroniques de ma vie d’expatriée seule en terre nipponne. J’y raconte mes surprises (bonnes et moins bonnes), mes faux pas (tels qu’offrir des gâteaux de Fukushima à mes hôtes) et mes petites victoires (comme parler de la pluie et du beau temps avec la caissière du supermarché).

Quels sont vos projets pour la suite ? Que faut-il vous souhaiter ?

Après Calme comme une bombe (mon premier roman), je suis en train d’écrire un second roman sur les idoles japonaises et les hikikomori (reclus citadins). Les idoles au Japon sont de mignonnes adolescentes sans talent particulier devenues popstar instantanées. Ces dernières cannibalisent le paysage médiatique et font rêver le pays. Mon récit se base sur le quotidien d’hikikomori de mon héroïne et est émaillé de flash-back sur sa vie d’« artiste » et sur les étapes qui l’ont conduite au confinement. J’avance lentement, j’espère le terminer (et le publier ?) en 2019.
Que faut-il me souhaiter ? Des lecteurs qui me donneront envie de leur faire découvrir le Japon sous toutes ses coutures !

Ses interventions durant le week-end :

Rencontre écrivain :

Samedi 17 novembre de 14h à 14h45
Espace écrivains – Polydome 1er étage

Dédicaces :

Samedi 17 novembre de 15h à 16h
Librairie – Polydome 1er étage

En savoir plus sur Agathe Parmentier :