LES THÈMES 2016 À 2018

Le Rendez-vous du Carnet de Voyage mettra en lumière pendant trois ans le thème de la ville, qui se décline et se livre de mille façons.

LA VILLE

Tout visiteur de la ville est un explorateur. De quelles mailles sera tissé le filet dans lequel elle va l’enserrer ? Séduction, étonnement, ravissement ? Mais, attention, l’âme d’une ville ne se livre qu’à qui sait se taire, voir et écouter. A celui-là, seul, elle ouvrira son cœur

Il est des villes modestes qui demandent curiosité et patience au promeneur, alors que d’autres, extraverties, au premier regard l’envahissent de leur exubérance colorée ou bruyante.
Il est des villes pour esthètes, érudits, amoureux d’urbanisme éclairé, mais il en est aussi, tout aussi captivantes, qui n’offrent rien à la raison, mais tout à la passion.

Certaines refermées sur elles-mêmes, enceintes de remparts, semblent secrètes, d’autres se livrent au détour d’une nature inhospitalière, d’autres encore s’ouvrent béantes sur la mer, sur le ciel, sur un territoire infini qui défie l’horizon. Et que dire de celles dont le territoire épouse les sinuosités d’un fleuve, d’une rivière, ou plus modestement d’un ruisseau ?

Il est des villes sans passé, sans histoire et d’autres riches d’un patrimoine inestimable. Les unes s’habillent du quotidien, les autres se parent des ors du passé.

La ville peut être l’expression d’un talent, d’une excellence bien pensée qui assure son rayonnement, elle peut aussi être l’émergence du gigantisme maîtrisé, de la distorsion de l’espace et du temps. La ville se décline et se livre de mille façons. Les pas du visiteur s’alimentent aussi bien d’un désir confidentiel qui porte à la flânerie, que de l’attraction, proche de la fascination, exercée par les grandes métropoles.

Il n’est guère de figure imposée à la ville, elle est un creuset, une matrice, quelque laboratoire d’une façon de vivre et de créer. Une fourmilière parfois, mais aussi des niches d’initiés où se recomposent des communautés à taille humaine.

Qui façonne la ville ? La géographie, l’histoire, les urbanistes ou ses habitants ? Sans doute l’alchimie de leur convergence.

Alors quoi de mieux, pour nous faire connaître ou revisiter les villes, que le regard du carnettiste. Immergés dans leur âme, sa main experte, ses couleurs, ses traits et ses mots en restituent l’essentiel.

2016 : LES METROPOLES DU MONDE

De New-York à Shanghai, en passant par Rio de Janeiro et Paris, les carnettistes nous feront voyager et nous livreront leur regard sur ces grandes villes du monde.

Marielle Durand - New York

2017 : LA VIE DANS LA VILLE

La ville s’arpente le plus souvent à pieds, parfois à vélo, les sens attentifs aux odeurs, aux bruits et aux couleurs. S’offre au voyageur le ballet de ceux qui y vont et viennent, ils passent, se hâtent ou se posent aux terrasses, longent la rivière ou le bord de mer. Chez eux, ou de passage, travailleurs ou regardeurs, ils font la vie plurielle et bigarrée des marchés, des halls de gares, des quais de métro, des bistrots ou des quartiers chauds.

Sous les lumières du jour ou de la nuit, la ville est un terrain d’aventure pour le voyageur parti à la rencontre de la vie qui s’y déploie.

2018 : LA VILLE DANS TOUS SES ECLATS

Premier contact avec la ville : éclats de soleil ou de néon, de pierres ou de béton, d’asphalte ou de sable, éclats des siècles passés ou de ceux à venir. Ville d’art ou flottante, en guerre ou portuaire, industrielle ou verte, exubérante ou discrète, la ville séduit par la magie de ce qui lui donne corps : la culture, l’urbanisme, l’architecture ou la géographie.

Et si, par la seule force de ce qu’elles livrent au regard, quelques unes font la part belle aux artistes, certaines à la spiritualité, d’autres encore à la terre qui les vit naître, toutes ont quelque chose de singulier à offrir au voyageur.